Notice d'enregistrement

L'analogie entre Touvier et Barbie

Centre national de la recherche scientifique ; Laboratoire méditerranéen de sociologie ; Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information ; Centre Max Weber

Têtu, Marie-Thérèse (author, depositor) ;
Battegay, Alain (author) ;
Berthinier, Quentin (editor) ;
Kelbert, Nicolas (recorder) ;
Iannucci, Ugo (speaker) ;
Dury, Christian (photographer) ;
Leblanc, Didier (photographer) ;
Dematons, Didier (photographer) ;
Chevillard, Éric (photographer)

(création: 2013; mise à disposition: 2020-03-17; archivage: 2020-04-17T18:43:55+02:00; dernière modification de la notice: 2020-05-26)

Position dans le plan de classement
Editeur(s):
Description(s):
[fr] Paul Touvier (chef de la milice lyonnaise), Philippe Henriot (secrétaire d'État à l'Information et à la Propagande du régime de Vichy), Klaus Barbie (chef de la Gestapo lyonnaise), CIA, hiérarchie catholique, Cardinal Albert Decourtray (fondateur de la commission historique du diocèse de Lyon), Georges Pompidou (président de la République française), Victor et Hélène Basch (assassinés par la milice lyonnaise), enfants juifs d'Izieu, Jacques Vergès (avocat de Barbie). 1939-1945;1973;1994;2013. Lyon ; prison Montluc ; Rillieux la pape ; Bolivie ; prieuré de Nice ; camp d'Auschwitz.
Résumé(s):
[fr] Maître Ugo Iannucci a déposé en 1973 avec Maître Joe Nordmann la première plainte fondée sur la notion juridique de crime contre l'humanité pour poursuivre Touvier qui n'a abouti qu'en 1994. Il soutient qu'il y a un parallélisme entre les procès de Touvier, chef de la milice lyonnaise et Barbie. Ils ont tous deux arrêté, torturé, fait fusiller, fait déporter des résistants, des juifs, et tous deux ont été arrêtés et jugés 40 ans après les faits. Barbie a été protégé par la CIA américaine et Touvier a bénéficié de protections d'une partie de la hiérarchie catholique et de l'aide de l'Etat de l'époque au nom de la réconciliation des Français. Pour l'avocat, Touvier comme Barbie étaient des policiers politiques et non des soldats. Ils devaient être poursuivis pour crime contre l'humanité imprescriptible et non pour crime de guerre, qui sont eux prescrits 20 ans après les faits.
Source(s):
Type(s):
Types linguistiques:
primary_text
Types de discours:
dialogue
Sujet(s):
Langue(s):
French (code ISO-639: fra )
Français
Droits:
Librement accessible
Identifiant(s):
oai:crdo.vjf.cnrs.fr:cocoon-06e0e9b4-c079-4b18-96d2-eeafa10f0d07
ark:/87895/1.17-1112592
Pour citer la ressource:http://purl.org/poi/crdo.vjf.cnrs.fr/cocoon-06e0e9b4-c079-4b18-96d2-eeafa10f0d07