Notice d'enregistrement

Montluc et la fermeture des prisons en 2009

Centre Max Weber ; Centre national de la recherche scientifique ; Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information ; Laboratoire méditerranéen de sociologie

(author) ;
(author, depositor) ;
(editor) ;
(recorder) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(speaker) ;
(photographer) ;
(photographer) ;
(photographer) ;
(photographer)

(création: début =2013-01-01; fin =2015-12-17; mise à disposition: 2020-03-17; archivage: 2020-04-21T11:22:19+02:00; dernière modification de la notice: 2020-11-29)

Position dans le plan de classement
Editeur(s):
Description(s):
[fr] Jean-Olivier Viout (procureur, président du comité de pilotage Montluc), Evelyne Haguenauer (élue ville de Lyon), Rachida Dati (ancienne ministre de la Justice), Jean Moulin (préfet résistant), Jacques Gérault (préfet). 10/02/1943 à 21/08/1944 et février 2009. prison Montluc, prisons de Lyon, prison Saint-Joseph, prison Saint-Paul, prison de Corbas, prison de Roanne, Tribunal militaire.
Résumé(s):
[fr] Le procureur Viout évoque le coup de théâtre de février 2009 lorsqu’il apprend que le Ministère de la Justice va se dessaisir de manière imminente du site et le remettre à France Domaine qui doit commercialiser le terrain. Monsieur Peyron, directeur à l’époque des prisons de Lyon, précise que le dossier de la fermeture des prisons de Lyon était déjà en projet en 1985 à son arrivée, et qu’en 2005 il faisait partie, avec l’ouverture de la prison de Corbas de ses objectifs. Isabelle Doré-Rive, directrice du CHRD, rappelle que la Ville de Lyon relayant la demande de l’association des rescapés de Montluc de patrimonialisation de la prison a sollicité en 2008 Rachida Dati, ministre de la Justice, qui contre toute attente a répondu plutôt favorablement. Dès l’été 2008, se met en place un comité de pilotage sous l’autorité du préfet qui délègue rapidement ses attributions au procureur Viout. Mais, c’est en février 2009, lorsque les dernières détenues s’en vont et que le bâtiment n’a plus d’affectation, qu’il faut faire très vite quelque chose si on souhaite le conserver. Le procureur Viout et le directeur de l'ONAC du Rhône insistent alors sur le rôle décisif du préfet Jacques Gérault qui parvient en moins de deux mois à faire inscrire au titre des monuments historiques la partie détention pour empêcher tout risque de main mise sur le bâtiment cellulaire.
Source(s):
Type(s):
Types linguistiques:
Types de discours:
Sujet(s):
Mots-clés:
;
;
;
;
;
;
;
;
Langue(s):
(code ISO-639: fra )
Français
Droits:
Librement accessible
Identifiant(s):
doi:10.34847/cocoon.1d866c7b-e9e1-4a81-85bc-41676789a035
ark:/87895/1.17-1113059
oai:crdo.vjf.cnrs.fr:cocoon-1d866c7b-e9e1-4a81-85bc-41676789a035
Pour citer la ressource:DOIhttps://doi.org/10.34847/cocoon.1d866c7b-e9e1-4a81-85bc-41676789a035